Skip Ribbon Commands
Skip to main content
לוגו הספרייה הלאומית

Education Explore Learn Experience

An error has occurred please contact the administrator. List Name : Subjects Was not found!

Sabbat Anfung, le début de Chabbat, Moritz Daniel Oppenheim, 1865


Description détaillée

Ce tableau de Moritz Daniel Oppenheim représente un homme qui tient la main de son fils tout en regardant sa montre à gousset, peut-être pour vérifier si Chabbat a commencé. Son fils, quant à lui, tient un livre à la main (vraisemblablement un Sidour). Ils semblent sur le point de partir à la synagogue pour la prière de vendredi soir. Une femme, probablement la maîtresse de maison, est en train d’allumer les bougies de Chabbat tout en récitant une bénédiction. Les bougies se trouvent dans une lampe de Chabbat appelée Judenstern (terme allemand signifiant « étoile de David »), dont l’usage était courant à cette époque en Europe centrale. Cette lampe de Chabbat est suspendue au plafond, et elle est dotée de six branches évoquant la forme d’une étoile à six branches. L’allumage des bougies répond à un double objectif : honorer le Chabbat, et éclairer la maison pour créer une atmosphère chaleureuse. La table est ornée d’une nappe blanche, traditionnellement utilisée pour exprimer la pureté et la sainteté de Chabbat. Les membres de la famille portent tous des vêtements allemands typiques de cette époque. Sur le mur est accrochée une plaque indiquant « Mizra’h » - objet de décoration traditionnel rappelant la direction de Jérusalem - et l’on aperçoit en arrière-plan des ustensiles de la havdala. La table semble prête pour le repas traditionnel de Chabbat.  


Souhaitez-vous en savoir plus ?

Moritz Oppenheim - Moritz Oppenheim (1800–1882) est considéré comme le premier peintre juif européen. Il fut en effet le premier à recevoir une éducation artistique classique, et à être reconnu par la société allemande non juive. Contrairement à beaucoup de ses contemporains, Oppenheim était très attaché à ses origines juives, et il cherchait à en donner une image positive à travers ses peintures. Il vécut à une période qui était complexe pour la communauté juive allemande : d’une part, les Juifs aspiraient à une émancipation, une liberté de pensée, et à une complète intégration à la société allemande. Mais d’autre part, ils s’efforçaient malgré tout de conserver leur identité juive. Les tableaux d’Oppenheim reflètent cette ambiance de « pré-émancipation » du ghetto en la présentant sous un jour positif, aussi bien pour son public juif que non-juif. À travers ses œuvres, Oppenheim présente la vie juive comme une expérience familiale chaleureuse emplie de livres et d’étude, où les enfants s’inspirent de leurs aînés et les considèrent comme des modèles. L’on peut trouver des copies de tableaux d’Oppenheim dans des livres, sur des cartes postales, et sur des assiettes en porcelaine et en étain.  

La communauté juive d’Allemagne - la première preuve de la présence de Juifs en Allemagne remonte au début du Moyen Âge. Comme dans d’autres pays européens, les Juifs allemands réussissaient brillamment dans le commerce, l’industrie, l’agriculture et les prêts d’argent, mais ils étaient également victimes de persécutions, de fausses accusations et de massacres. Les villes de Mayence, Spire et Worms constituaient de grands centres d’étude juive, mais à l’époque des Croisades, des communautés entières y furent assassinées. Au XIVe siècle, les Juifs furent accusés du déclenchement de l’épidémie de la peste noire, et à la suite de massacres de masse, beaucoup s’enfuirent en Pologne. Au cours des siècles qui suivirent, la persécution des Juifs allemands continua, en dépit des changements apportés par la Renaissance. Ces changements advinrent vers la fin du XVIIIe siècle avec de nouvelles idées prônant l’égalité religieuse, et les mesures prises par Moses Mendelssohn. Ce dernier chercha à encourager les Lumières Juives (la Haskala), l’intégration des Juifs au sein de la société allemande, et la création de liens avec la société chrétienne. Le XIXe siècle vit le déclenchement de pogroms connus sous le nom « d’émeutes Hep-Hep », mais également une émancipation progressive. Les Juifs s’intégrèrent de plus en plus à la société allemande, et beaucoup d’entre eux devinrent partie intégrante de l’élite intellectuelle, financière et politique du pays. En 1933, plus d’un demi-million de Juifs vivaient en Allemagne. Cependant, l’antisémitisme se propageait et le parti nazi était en plein essor. Plus de 300 000 Juifs allemands fuirent le pays au cours des premières années du régime nazi. Ceux qui restèrent furent victimes de lois anti-juives, de pogroms comme le Pogrom de novembre (nommé par les nazis « Kristallnacht », la Nuit de Cristal), et ils finirent par être parqués dans des ghettos et déportés vers les camps de la mort. Plus de 130 000 Juifs allemands furent assassinés pendant la Shoah. Après la guerre, la communauté juive d’Allemagne se reconstruisit progressivement, et dans les années 1990, de nombreux Juifs de l’ancienne Union soviétique arrivèrent en Allemagne. C’est pour cela qu’aujourd’hui, la majorité des Juifs allemands sont d’origine russe. Aujourd’hui, l’on compte environ 250 000 Juifs en Allemagne.

Chabbat - Chabbat est le nom juif désignant le samedi. Il s’agit du jour de repos des Juifs. Selon la tradition juive, cette journée commémore le septième et dernier jour de la création du monde par Dieu. Le Chabbat commence juste avant le coucher du soleil le vendredi soir, et s’achève à l’apparition de trois étoiles le samedi soir. Le Talmud consacre un Traité entier aux lois du Chabbat, et énonce 39 sortes d’activités interdites ce jour-là. Il s’agit notamment de l’usage de l’électricité, de l’écriture, et d’autres actions considérées comme des formes de création. Le Chabbat est en effet un jour consacré à la famille, à la communauté, à la prière et à la réflexion. Traditionnellement, le Chabbat commence par l’allumage des bougies. Puis l’on récite les bénédictions sur le vin (le Kiddouch) et sur les deux pains de Chabbat (la ‘Hala), avant de déguster un repas de fête. En l’honneur de Chabbat, l’on fait à la synagogue une prière supplémentaire, le Moussaf, ainsi que la lecture de la portion hebdomadaire de la Torah. La fin de Chabbat est marquée par la cérémonie de la Havdala. En Israël, les Juifs laïcs profitent également du Chabbat en dînant le vendredi soir avec leur famille et leurs amis, et en passant du temps ensemble à la campagne ou à la plage. La plupart des lieux de travail sont fermés ce jour-là.

 

Les bougies de Chabbat - les bougies de Chabbat sont allumées le vendredi soir pour faire entrer le Chabbat. Au moins deux bougies sont allumées, mais beaucoup de gens en allument davantage. Ces deux bougies symbolisent les deux formulations que l’on trouve dans les Dix Commandements portant sur l’observance du Chabbat : dans l’une des occurrences, c’est le terme « chamor » (« garde ») qui est employé, tandis que dans l’autre, c’est le mot « zakhor » (« souviens-toi ») qui est utilisé. Ces bougies sont allumées pour préserver le chalom bayit (la paix au sein du foyer) et instiller le oneg Shabbat (le plaisir du Chabbat). En effet, sans la lumière des bougies, la famille ne pourrait ni voir le dîner de Chabbat, ni en profiter. Les bougies sont donc traditionnellement allumées sur la table de la salle à manger, ou dans la pièce où le repas sera consommé. L’allumage des bougies de Chabbat est accompagné de la récitation de la bénédiction pour les bougies, qui annonce officiellement le début de Chabbat. Les bougies sont généralement allumées par les femmes de la famille. Tout en récitant la bénédiction, elles ont pour tradition d’étendre leurs mains en direction des bougies pour cacher les flammes.            


Suggestions pédagogiques

Les enseignants d’études juives peuvent utiliser ce tableau quand ils évoquent le Chabbat et ses coutumes traditionnelles.

Les enseignants de matières artistiques peuvent se servir de ce tableau pour citer et comparer différents œuvres artistiques portant sur des thèmes juifs, et pour présenter l’artiste Moritz Daniel Oppenheim. 

Les élèves suivant des études de stylisme peuvent utiliser ce tableau pour analyser le style vestimentaire des Juifs allemands au XIXe siècle.   

Les enseignants d’histoire juive peuvent se servir de ce tableau, lorsqu’ils décrivent la vie des Juifs allemands au XIXe siècle.   


Éléments de Discussion

Observation

  • Qui est représenté sur cette illustration ?
  • Que fait chacun des personnages ?
  • De quel jour de la semaine s'agit-il ?
  • De quelle heure de la journée s'agit-il ?
  • Décrivez la pièce où se trouvent les personnages. Quels accessoires typiquement juifs voyez-vous ?
  • Qu'est-il écrit sur cette illustration ?
  • Dans quelle langue est-ce écrit ?


Lecture entre les lignes

  • Grâce à quels indices pouvons-nous déduire que cette scène se déroule au début de Chabbat ?
  • À quoi servait la Judenstern ?
  • Où était-elle utilisée ?
  • Que signifie le terme Judenstern ?
  • Dans quel but allume-t-on des bougies au début de Chabbat ?

Qu'est-ce que cela symbolise ?

  • À quel moment commence le Chabbat ?
  • Quel est le sens de ce qu'est en train de faire la maîtresse de maison ?
  • Que symbolise la plaque « Mizra'h » accrochée au mur ?
  • Que montre ce tableau sur les rôles traditionnels de l'homme et de la femme dans le foyer juif ?
  • Cette répartition des rôles est-elle la même aujourd'hui ?
  • Ce tableau a été peint par Moritz Daniel Oppenheim.

Recherchez des œuvres d'Oppenheim sur ce site, ainsi que dans d'autres sources.
Quels sont les thèmes de son œuvre ?
À votre avis, pourquoi a-t-il choisi ces thèmes en particulier ?  

  • Quelle était la vie des Juifs allemands au XIXe siècle ?

Selon vous, ce tableau est-il représentatif du judaïsme allemand de l'époque ?
Si oui, de quelle manière ?


Mise en perspective

  • Que ressentez-vous lorsque vous regardez cette illustration ?

  • Cette illustration représente une femme en train d'allumer la Judenstern en Allemagne.

Avez-vous des traditions de Chabbat intéressantes qui vous viennent de vos origines ? (Par exemple, des traditions de Chabbat polonaises, russes, marocaines, françaises, anglaises, yéménites, etc.)

  • Observez-vous le Chabbat ?

Que faites -vous de particulier ce jour-là ?


Idées créatives

  • Créer un mème sur l'allumage des bougies de Chabbat.

Quelle image allez-vous inclure et pourquoi ? Quel texte allez-vous ajouter à cette image ?

  • Faites dans votre classe une exposition de photographies de vos familles se préparant à allumer les bougies de Chabbat. 


Liens de la Bibliothèque Nationale d’Israël