Tous les journaux

Langues

Sections

Pays de publication

Années de publication

Rechercher des journaux dans les années
Ha-Modia
Fréquence: Hebdomadaire
Langue: Hébreu
Période:
1910 - 1915
Editeur: Eliahou Akiba Rabinovitch
Lieu de publication: Poltava (Russie tsariste)
Rédacteurs: Eliahou Akiba Rabinovitch

Ha-Modia, d'après son sous-titre, "Journal orthodoxe publié une fois par semaine", fut le successeur du mensuel orthodoxe "Ha'Peles", également édité à Poltava par E A. Rabinovitch dans les années 1901-1905. Les numéros du journal s'ouvraient généralement par un article du rédacteur en chef E. A. Rabinovitch et sous sa signature. Ils traitaient des affaires internes au milieu orthodoxe comme le Congrès des rabbins orthodoxes, reproduisaient des débats avec d'autres journaux, d'autres courants (en particulier le sionisme), présentaient des tendances sociales comme l'éducation générale et des informations sur la situation des juifs dans l'Empire, d'un point de vue orthodoxe. Les autres articles rédigés par Rabinovitch et publiés dans le même numéro étaient signés "l'éditeur", ou sous un nom de plume, ou n'étaient pas signés.

E. A. Rabinovitch, rédacteur en chef du journal (1863-1917), fut le rabbin orthodoxe de Poltava dans les années 1893-1917. A ses débuts, il fut attiré par les Hovevei Tsion, mais fut déçu par le sionisme et devint l'un de ses opposants les plus féroces. En plus de sa fonction de rabbin influent dans les cercles orthodoxes non sionistes, il compta également parmi les idéologues fondateurs de l'Agoudat Israël.

Bien que le journal fût destiné au judaïsme orthodoxe en général, ses lecteurs étaient principalement les habitants de la ville de Poltava (environ 12000 juifs) ou de la province du même nom (environ 112000 juifs). Il n'existe pas de données sur la diffusion du journal mais d'après ses caractéristiques et la langue dans laquelle il était rédigé (l'hébreu) on peut supposer que celle-ci était restreinte, et que son public cible était constitué par l'élite orthodoxe lisant l'hébreu.

Le contenu du journal était publié en tête de chaque numéro, sans pagination. Toute la rédaction de l'hebdomadaire était d'ailleurs plutôt confuse. On ne voyait pas toujours clairement quand finissait un article et commençait un autre, où se trouvait la suite des articles, et des lignes verticales apparaissaient parfois, peut-être pour exploiter toute la surface de la page.

La plupart des numéros du journal comprenaient 12 à 16 pages, et contenaient généralement un ou deux articles en plus de celui du rédacteur en chef, une histoire qui mettait l'accent sur les valeurs orthodoxes du journal, une rubrique de lettres à l'éditeur dont une grande partie traitait d'affaires religieuses locales et une critique sur le comportement religieux des institutions et des personnes dans un style questions/réponses (par exemple sur l'ouverture le shabbat des banques appartenant à des juifs). La rubrique des lettres à l'éditeur était souvent publiée en écriture Rachi de même que certains articles dans d'autres rubriques. D'après le contenu, il est difficile de distinguer dans quel cas le rédacteur en chef choisissait d'utiliser cette écriture ou bien l'alphabet carré. La dernière page comportait des publicités et sa plus grande partie était consacrée à la publication de littérature rabbinique, généralement éditée par l'imprimerie d'E. A. Rabinovitch.

Une autre rubrique du journal était consacrée aux informations sur le peuple juif, y compris des reportages sur la Palestine.

Le journal orthodoxe de l'Agoudat Israël Ha-Modia, qui parut à partir de 1950, reprit le nom de l'hebdomadaire de ce nom publié à Poltava.
 
Mots clés:
Commentaires pour ce journal (0)
Ajouter un commentaire
Publications disponibles sur le site:
251 Publications
1 957 Pages
Entre les années: 1910-1915

 

Ce matériel forme partie des collections des institutions suivantes:
La Bibliothèque nationale d’Israël

 

État de la copie: Mauvais
La copie du microfilm est en très bon état. Il y a parfois de légères altérations et un reflet du texte au verso de la page, en raison du mode de stockage du journal.