Tous les journaux

Langues

Sections

Pays de publication

Années de publication

Rechercher des journaux dans les années
Ha-Micpe
Fréquence: hebdomadaire
Langue: Hébreu
Période:
1904 - 1915
, 1917 - 1921
Pays: Pologne
Lieu de publication: Cracovie (Pologne)
Rédacteurs: Simon Menahem Lazare (fondateur: 1904-1921)


 

Hebdomadaire en hébreu de caractère sioniste religieux, considéré comme le porte-parole officieux du mouvement Ha-Mizrachi en Galicie, et qui constituait en fait la suite indirecte de Ha-Magid. Ha-Magid, le premier journal en hébreu destiné aux lecteurs hébraïsants de l'empire russe, dû opérer en dehors de son territoire en raison de la censure, et se déplaça de Lyck à Berlin avant de trouver finalement sa place à Cracovie, à cette époque ville de l'empire austro-hongrois. Le dernier rédacteur en chef de Ha-Magid, Itzhak Shlomo Fuchs ("Shif") invita Simon Menahem Lazare, qui écrivait régulièrement des articles dans le journal, à rédiger avec lui l'hebdomadaire et ce fut lui qui dû le fermer en 1903. Après la fermeture de Ha-Magid, Lazare considérait qu’il était inacceptable qu'aucun journal en hébreu ne paraisse en Galicie, et il décida de publier un nouvel hebdomadaire dans cette langue, "Ha-Micpe", "traitant de tous les domaines de la vie, ainsi que de littérature, des sciences et de toutes les affaires juives". 

Comme il est d'usage dans de nombreux journaux, Lazare consacra la une du premier numéro à expliquer la nécessité du journal et présenter sa politique ainsi que ses objectifs. Il choisit de commencer précisément par une description de la situation de la presse hébraïque en Russie tsariste, où les journaux ne peuvent raconter la vérité sur la situation des juifs de Russie. Malgré le souci causé par leur situation, "nous aurons, dans notre pays libre dans ce domaine, un journal hébraïque, qui renoncera dès le départ à pénétrer en Russie, pour que son rédacteur en chef puisse être libre et ne doive pas oblitérer la vérité et priver ses lecteurs d'informations importantes sur les cas graves qui se déroulent quotidiennement dans la grande Russie, en Israël et parmi les nations". En comparaison avec les Juifs de Russie, les juifs austro-hongrois possédaient de nombreux privilèges qui s'élargirent encore sous le régime de François–Joseph (1830-1916). Lazare déclare donc dans son introduction que ses destinataires seront non seulement les lecteurs hébraïsants de Galicie, mais également ceux de la Russie tsariste. Il promet encore de "fournir à ces concitoyens un journal en hébreu adapté aux conditions locales et au goût occidental". Le rédacteur en chef affirme encore que son journal ne traitera pas uniquement de sujets juifs et sionistes, mais apportera également à ses lecteurs, en particulier à ceux qui ne peuvent pas lire de quotidien, le résumé des nouvelles importantes de la semaine parues dans les journaux, en les interprétant d'un point de vue juif sioniste. Il s'engage à ce que le journal donne des articles courts analysant avec impartialité tout ce qui se passe dans le monde juif, ainsi que des articles scientifiques, des études sur la littérature nouvelle et ancienne et des critiques littéraires. De même, le journal publiera dans chaque numéro "une histoire plaisante ou une jolie illustration adaptés à l'esprit et la morale juifs; ainsi que des poèmes de nos meilleurs poètes". L'humour ne sera pas non plus laissé de côté (les caractères gras viennent du texte source). Finalement, le rédacteur en chef promet que le journal "paraitra à la date prévue et ne sera pas en retard", et sera écrit en bon hébreu. 

Et en effet, les rubriques du journal et son contenu sont conformes aux déclarations de son rédacteur en chef, ainsi qu'à la phrase qui accompagne son titre. L'hebdomadaire de huit pages comprenait une rubrique consacrée à l'actualité dans les deux empires (avec l'accent mis sur les évènements dans l'Empire russe) et dans le monde en général, une rubrique contenant des informations sur le monde juif, des nouvelles du monde sioniste et de ses institutions, mettant particulièrement l'accent sur les informations en provenance de Palestine/Eretz Israël, une rubrique spéciale portant sur les questions religieuses et historiques juives, une partie consacrée aux articles de science et de littérature, des récits possédant une morale religieuse, des histoires d'écrivains célèbres, dont Asher Barasz et Agnon, et des poèmes. Bien que l'hebdomadaire fût considéré comme le porte-parole officieux de Ha-Mizrachi en Galicie, on peut remarquer le grand effort investi par son rédacteur en chef pour lui donner un caractère non partisan et l'adapter à un public aussi large que possible de lecteurs hébraïsants. 

Ha-Micpe parut de façon régulière chaque semaine jusqu'à la première guerre mondiale. Puis il connut des difficultés, jusqu'à ce qu'il cesse de paraitre fin mars 1921.

 

Mots clés:
Cracovie
Commentaires pour ce journal (0)
Ajouter un commentaire
Publications disponibles sur le site:
600 Publications
4 676 Pages
Entre les années: 1904-1915, 1917-1921

 

Ce matériel forme partie des collections des institutions suivantes:
La Bibliothèque nationale d’Israël

 

État de la copie: Bon
Le microfilm est en très bon état. Il existe un léger problème de taches d’encre provenant de l’impression du journal ainsi q'une certaine corruption du texte due à la manière dont les numéros ont été reliés et qui a affecté le scannage.