Ivri Anochi/Ha’Ivri [Hébreu]

Tous les journaux

Langues

Sections

Pays de publication

Années de publication

Rechercher des journaux dans les années
Ivri Anochi/Ha’Ivri [Hébreu]
Fréquence: hebdomadaire
Langue: Hébreu
Période:
1865 - 1890
Pays: Autriche
Lieu de publication: Lvov, Brody (Autriche)
Rédacteurs: Baruch Werber (1865-1876) ; Jacob Werber (1876-1890)

La revue parut chaque semaine, alternativement sous les noms d’Ivri Anochi et Ha’Ivri, pour contourner l’obstacle de l’obtention d’une autorisation de publication hebdomadaire. Grâce à ses deux noms interchangeables, le journal prit l’apparence de deux bimensuels séparés, pour lesquels il était plus aisé d’obtenir une autorisation de publication. Vingt-six numéros par an virent le jour. Baruch Werber (1810-1876), disciple de Maskilim de Galicie, dirigea les douze premiers, et son fils unique Jacob Werber les quatorze derniers. 

En première page du premier numéro, le rédacteur en chef déclara que son but principal était de développer l’usage de la langue hébraïque, comme langue de la nation juive, et qu’il avait l’intention de proposer à ses lecteurs toute la matière susceptible d’intéresser un lecteur juif, de l’histoire de son peuple aux informations actuelles, proches ou éloignées, en passant par des articles scientifiques et de réflexion. Dans la mesure où le centre d’activité du mouvement juif des Lumières (Haskala) se déplaça à cette période de la Galicie vers la Russie, le journal servit pendant la plus grande partie de son existence de plate-forme d’expression « galicienne » interne, et de là provient également l’essentiel de sa valeur historique, comme miroir fidèle de la vie des juifs de cette région. 

Au cours de son existence, Ivri Anochi/Ha’Ivri fut mêlé à de nombreuses polémiques avec d’autres revues, telles que HaMevasser, HaMelitz, HaLevanon et Mahziké HaDat. La plupart de ces débats tournaient autour de questions religieuses, au sujet desquelles le journal adopta des positions tranchées, opposées à l’orthodoxie religieuse et contre les Hassidim et leurs dirigeants, restant fidèle aux valeurs de la Haskala. L’influence de l’hebdomadaire modéré HaMagid, proche dans ses positions des valeurs du judaïsme traditionnel, se fit par contre sentir dans ses pages. Le caractère provincial du journal, qui ne modifiat pas ses positions de base face aux transformations rapides de la vie des juifs et de leur situation dans les années soixante-dix et surtout les années quatre-vingt du XIXe siècle, alla en s’accentuant au fil des ans. 

Après l’année 1881, des journalistes de Varsovie et de ses environs, dont Eliezer Itzhak Chapira et David Frichman rejoignirent le journal. Dans ces années-là, avec l’apparition du mouvement Hibat-Sion, celui-ci se préoccupa de plus en plus de la question de l’implantation en Palestine, et adopta d’une façon générale une position critique plutôt tranchée à son égard, en accord avec l’esprit des conceptions de son rédacteur en chef, publiant des lettres qui donnaient une vision négative de la vie en Palestine. Cependant, il laissa également la place aux opinions des partisans de Hibat-Sion, mais celles-ci furent équilibrées entre autres par des articles encourageant l’émigration vers l’Amérique. Le journal se prononça en principe en faveur du renforcement des liens des juifs avec leur lieu de résidence en Diaspora, en accord avec les positions du mouvement de la Haskala, qui visaient à l'intégration des juifs avec les peuples au sein desquels ils vivaient. 

Parmi les rubriques permanentes du journal, on trouvait la description des « affaires du pays », la critique de livres, des biographies des sages du Talmud ainsi que des comptes-rendus de la vie des juifs dans les divers pays du monde. Parmi ses principaux contributeurs, on peut citer Shlomo Buber, Micha Joseph Berdichewsky, Mordehai David Brandsteter, A. B. Gutlover, Isaac Meier Dik, Chaï Ich Horowitz, Abraham Moche Lunz, Yehoshua Mezah, Fabius Mizes, Shlomo Mandelkern, Nahum Sokolov, Nathan-Neta Shmueli, Itzhak Kaminer et Yehoshua Eshel Chor. Il faut signaler en particulier la contribution d’une femme, Alma Taube Segal, sous la forme d’un long article féministe combattant (seizième année, numéros 69 à 101), reprochant aux Maskilim l’humiliation infligée aux femmes juives de par l'infériorité de leur condition.
 
Mots clés:
Lvov,
Commentaires pour ce journal (0)
Ajouter un commentaire
Publications disponibles sur le site:
1 179 Publications
9 395 Pages
Entre les années: 1865-1890

 

Ce matériel forme partie des collections des institutions suivantes:
La Bibliothèque nationale d’Israël

 

État de la copie: Bon
Le microfilm est en bon état. Il existe un léger problème de taches d’encre qui provient de l’impression du journal dans ses premières années.