Ha-Melitz [Hébreu]

Tous les journaux

Langues

Sections

Pays de publication

Années de publication

Rechercher des journaux dans les années
Ha-Melitz [Hébreu]
Fréquence: hebdomadaire /bihebdomadaire (1883-1886); quotidien (du juillet 1886)
Langue: Hébreu
Période:
1860 - 1873
, 1878 - 1904
Lieu de publication: Odessa et Saint Petersburg (Russie tsariste)
Rédacteurs: Alexander Halevy Zederbaum, «Ha-Erez» (Le Cèdre; fondateur; 1816-1893); Dr. Aaron Isaac (Arnold) Goldenblum (1828-1913); Yehuda Leib (Leon) Rabinovitz, «Ish Yehudi» (Un Homme Juif; 1862-1938).

Ha-Melitz était la deuxième langue hébraïque semaine dans la Russie tsariste. Tribune journalistique centrale du judaïsme russe jusqu’au début du 20e siècle. Son nom polysémique- signifiant à la fois «éloquent» , «traducteur» et «intermédiaire»- reflète les directions idéologiques de son fondateur : le choix de l’hébreu - langue des sources historiques - comme moyen d’expression culturelle (et ultérieurement d’expression nationale), contrairement au yiddish, plus populaire et plus répandu ; l’entrecroisement entre une énergique pression auprès des autorités en faveur des juifs russes et la publication des articles polémiques (et parfois militants) avec pour objectif la modernisation des juifs de Russie à l’image des européens. Á sa première année «Ha-Melitz» était publié en hébreu et en allemand en caractères hébraïques. Zederbaum était responsable de la partie en hébreu et Arnold Goldenblum de la partie en allemand. En 1871, la rédaction du journal a quitté Odessa pour Saint Petersburg où elle bénéficia du soutien financier de la «Hevrat Marbei Haskalah». Dans la première moitié des années 80, le poète Y.L. Gordon rejoint l'équipe du journal et occupa le poste de rédacteur en chef pour différentes périodes. En juillet 1886, le journal devint un quotidien tout comme auparavant ses concurrents «Ha-Yom» de Saint Petersburg et «Ha-Tsfira» de Varsovie. A la mort de Zederbaum en 1893, Léon Rabinovitz devint le rédacteur jusqu’à la fermeture du journal en 1904. Le journal avait cependant commencé à perdre de son prestige trois ans auparavant.

«Ha-Melitz» servait de tribune pour toutes les grandes questions du moment et éclairait le lecteur sur tous les dilemmes politiques, idéologiques et sociaux qui se posaient aux juifs de l’empire tsariste de la 2ème moitié du 19e siècle. L’histoire du journal est donc celle de l'intelligentsia juive (et en particulier de la partie nationaliste-juive) à partir des années 60. «Ha-Melitz» reflètait non seulement l’opinion publique des lecteurs en hébreu mais encore dans une très large mesure il contribuait également à sa formation et à son orientation ; alors que la ligne officielle du journal restait entièrement fidèle aux opinions de son rédacteur, Zederbaum a réussi à créer une tribune ouverte à presque tous les courants et opinions au sein du peuple A partir des années 80, «Ha-Melitz» a adopté une ligne patriotique et enthousiaste en prêchant continuellement en faveur du Yichuv en Eretz Israël. Grâce aux pressions acharnées de Zederbaum, les autorités autorisèrent la création du comité d'Odessa des Hovevei Zion (1890). Parmi les sujets les plus débattus dans «Ha-Melitz» , on peut signaler la polémique au sujet des réformes religieuses (1868-1870); la discussion entre ceux qui soutenaient le mouvement «Hibat Zion» et ceux qui émettaient des réserves ; le différend concernant le statut du yiddish et de la littérature yiddish (à partir des années 80) ainsi que la polémique suite à la publication de deux séries d’articles de Ehad Ha'am «Emet me-Eretz-Israel» (Vérité d’Eretz Israël) critiquant l’œuvre du Yichuv (au cours des années 90). Du temps de Rabinovitz, paraissent de nombreux articles consacrés aux congrès sionistes. Une très large place y est donnée aux conflits internes du mouvement sioniste jusqu’à la crise de l’Ouganda (1903).

«Ha-Melitz» comptait environs deux mille abonnés jusqu’à ce qu’il devienne bihebdomadaire. Toutefois ce nombre ne correspond pas réellement au nombre de lecteurs effectifs qui était beaucoup plus grand ; en effet, il était habituel et fréquent qu’un seul abonnement soit souscrit par plusieurs personnes. Le passage au format bihebdomadaire (1883) et plus tard au format quotidien (1886), s’est effectué en raison de l’augmentation sensible des lecteurs en hébreu dans l’empire tsariste de l’époque. On peut aisément supposer que dans la période de gloire du journal, le nombre de lecteurs de «Ha-Melitz» s’élevait à des dizaines de milliers. De plus, du fait que chaque numéro «fraîchement paru» passait plusieurs fois de main en main, toutes les éditions d’une même année ont été reliées en une seule brochure devenant ainsi un élément prestigieux de toute bibliothèque (privée ou publique).Ainsi, le cercle des lecteurs de «Ha-Melitz» s’est-il élargi grâce aux lecteurs exposés à ses éditions anciennes.

Les principales innovations de «Ha-Melitz» résidaient dans l’éditorial – exprimant la position de la rédaction (apport évident de Zederbaum) ainsi que dans le développement de la rubrique chronique «Mi-tahat La-kav» (sous la ligne), le style d’écriture feuilletonesque, léger et populaire apporté par plusieurs écrivains renommés tels que le poète Y.L. Gordon, A. L. Levinsky, Y.H. Taviov, Reuven Breinin et Cholem Aleichem. De plus, le journal a publié des «correspondances» de lecteurs de tout le monde juif (d’Eretz Israël, d’Afrique du Nord et du Sud, d’Amérique et parfois même d’Extrême Orient et d’Australie). On a diffusé des informations du monde entier traduites de la presse étrangère, on y a aussi édité une rubrique spéciale de télégrammes relatant les dernières nouvelles (à partir des années 80).

Bien que Zederbaum privilégie la partie consacrée aux nouvelles et à la politique à la partie consacrée aux articles littéraires, dès ses débuts «Ha-Melitz» a joué un rôle important dans la promotion de la littérature et de la critique littéraire en hébreu. Dans les années 60, les critiques littéraires Abraham Uri Kovner et Abraham Yaakov Papirna y ont publié des écrits avant-gardistes et lorsqu’il en était le rédacteur, le poète Y.L. Gordon, a beaucoup œuvré pour encourager de jeunes écrivains, pour améliorer le style du journal et y a même publié ses propres poèmes et chroniques. Tous les écrivains hébraïques actifs en Russie pendant toute la vie du journal, ont publié dans «Ha-Melitz». Parmi les plus importants on peut citer de jeunes auteurs qui y ont fait leurs premiers pas comme M. I. Berdichevsky, H.N. Bialik, Y.H. Brener et Dvorah Baron.

«Ha-Melitz» a exercé une très grande influence surtout dans les trente premières années de sa parution mais avec la fin de l’époque de la Haskalah et plus particulièrement depuis la disparition au début des années 90 de son fondateur et rédacteur Zederbaum, le journal s’est éteint progressivement.
 
Mots clés:
,
Commentaires pour ce journal (0)
Ajouter un commentaire
Publications disponibles sur le site:
6 061 Publications
35 875 Pages
Entre les années: 1860-1873, 1878-1904

 

Ce matériel forme partie des collections des institutions suivantes:
La Bibliothèque nationale d’Israël

 

État de la copie: Bon
Le microfilm est en bon état. Dans certains numéros, les pages du journal sont légèrement foncées.