Hapoel Hatsair [Hébreu]

Tous les journaux

Langues

Sections

Pays de publication

Années de publication

Rechercher des journaux dans les années
Hapoel Hatsair [Hébreu]
Fréquence: hebdomadaire, bihebdomadaire
Langue: Hébreu
Période:
1907 - 1970
Lieu de publication: Jérusalem, Jaffa, Tel-Aviv (Palestine/Eretz-Israël/Israël)
Rédacteurs: Joseph Aaronovitch (1907) ; Aaron Turkenitch et Zeev Smilansky (1907) ; Joseph Aaronovitch (1908-1923) ; Itzhak Lufban (1923-1948) ; Israël Cohen (1948-1970)
 
Le premier numéro du journal Ha-Po'eel Ha-Tsa'air fut publié en avril-mai 1907, à Jaffa. C’était l’organe du parti du même nom. En 1930, avec l’unification des partis Ha-Po'eel Ha-Tsa'air et Ahdout Ha-Avoda, il devint le journal du Mapaï, et à partir de 1968 celui du Parti Travailliste jusqu’à sa fermeture en 1970. 
 
La collection du site contient pour le moment les numéros de Hapoel Ha-Tsa'air depuis sa création en 1907 jusqu’en 1925 date de la parution du quotidien Davar qui le remplaçait comme l’organe principal du Mouvement Travailliste juive en Palestine. 
 
Ha-Po'eel Ha-Tsa'air était destiné à servir de tribune aux ouvriers de Palestine de la seconde Alyah (la deuxième vague d’immigration sioniste, 1903-1914). L’article en première page titrait : «Le travail pratique en Palestine », et se terminait sur un « appel aux jeunes » déclarant que leur place « était ici dans les champs d’Eretz-Israël, derrière la charrue, et non sur les barricades des pays de la Diaspora ». A partir du troisième numéro, en octobre 1907, le journal porta le sous-titre : « Organe d’expression de la Fédération des Ouvriers Hébreux de Palestine Ha-Po'eel Ha-Tsa'air ». Sur les premiers numéros du journal, il était inscrit « Imprimé au Caire » pour tromper les autorités, alors qu’il était en fait imprimé à Jérusalem. Il continua d’y être imprimé pendant ses deuxième et troisième années de parution, puis de la 4e à la 14ème année, il le fut à Jaffa. 
 
Ha-Po'eel Ha-Tsa'air débuta comme mensuel ; puis, devint bimensuel de 1909 à 1912, et hebdomadaire à partir de 1913. Pendant la première guerre mondiale, le journal parut de manière sporadique. 
 
Pendant la période de la seconde Alyah, Ha-Po'eel Ha-Tsa'air servit de tribune à la population ouvrière et aux travailleurs vivant en Palestine, qui y exprimaient leurs critiques, leurs problèmes et leurs tensions, et il publiait les nouvelles pour les différentes régions du pays. Il apportait de nombreux renseignements sur la vie et l’expérience des ouvriers en Palestine, sur les difficultés d’intégration et les diverses polémiques qui eurent cours. 
 
De nombreux écrivains en langue hébraïque vivant en Palestine, y compris ceux qui n’appartenaient pas au parti Ha-Po'eel Ha-Tsa'air, publièrent dans les pages littéraires de la revue ; entre autres : Dvora Baron, Joseph Haïm Brenner (qui était aussi le rédacteur du journal concurrent, Ha-Hahdout, du parti Poalé Tsion), Moché Smilansky, Shaï Agnon, Gershon Shofman, C. Ben-Tsion, Asher Barash, David Shimonovitch (Shimoni), Jacob Fichman, R. Benyamin, Uri Tsvi Grynberg etc. Par ailleurs, le journal encourageait les écrivains qui traitaient de la vie des ouvriers et des travailleurs dans les villages, comme Nehama Pochtchevsky, Shlomo Temah et Meir Vilkanski. Les rédacteurs de la rubrique littéraire furent C. Ben Tsion, puis Y. H. Brener, Dvora Baron et David Shimonovitch. 
 
A. D. Gordon publia beaucoup dans Ha-Po'eel Ha-Tsa'air, et eut une influence importante sur une grande partie des journalistes et des rédacteurs du journal. Berl Katzenelson commença sa carrière de publiciste dans les pages d’Ha-Po'eel Ha-Tsa'air. Ecrivirent de même, en autres, dans le journal Haïm Arlozorov, Joseph Vitkin, Eliezer Yafe, Hillel Yafe, Dr. Rupin. Parmi les épisodes marquants de l’histoire du journal, il faut signaler « l’affaire Brenner », importante polémique qui éclata à la suite de la publication d’un article de Brenner en novembre 1910 au sujet des conversions, et qui amena le comité du mouvement Hovevei Tsion à Odessa à retirer son soutien financier au journal. La population ouvrière de Palestine se mobilisa alors pour assurer l’existence de la publication par ses propres moyens. 
 
Pour le quarantième anniversaire du journal, son rédacteur en chef Itzhak Lufban écrivit: « … L’un des premiers signes caractéristiques de ce journal… fut le fait de nager à contre-courant… la tendance du journal, et cela tout au long de son existence, fut non pas le désir d’être populaire, de s’adresser aux instincts et au cœur de la rue, mais la volonté d’être authentique et d’éduquer le lecteur et le Mouvement à la connaissance de la vérité, à la raison, au jugement sérieux et à la responsabilité. Il n’a jamais été acclamé ni applaudit, fut toujours dérageant aux yeux de beaucoup, et fut même plus d’une fois l’objet de critiques sévères parmi ses partisans et de la part de la population à qui il servit et sert encore de moyen d’expression… Une plateforme éducative, apportant un éclairage culturel et moral, mais aussi le théâtre des disputes et de la discorde pendant les quarante années de son existence » (Itzhak Lufban, « Au bout de la quarantième année», Ha-Po'eel Ha-Tsa'air, 7.10.1946). 
 
Tout au long de son existence et jusqu’à la création de l’Etat, le journal représenta les valeurs de la seconde Alyah et du Mouvement Travailliste de Palestine, dont la conquête du travail, la conquête du sol et celle de la langue hébraïque. A cette époque, le Mouvement des Travailleurs, le Mapaï, devint hégémonique au sein de la colonie juive de Palestine. En 1930, lorsque le journal devint l’organe du Mapaï, les rubriques politiques et sociales furent notablement élargies, ainsi que celle concernant les informations sur l’actualité du parti et de ses branches, mais la rubrique littéraire continua d’exister. Dans les années trente et quarante, alors que le Mapaï était le parti dominant de la population juive, son rédacteur, Itzhak Lufban, encouragea également des journalistes opposés à la ligne officielle des dirigeants du parti à écrire dans ses pages ; ainsi par exemple furent publiés dans le journal des articles de partisans de l’Alliance pour la paix, qui luttaient contre la ligne activiste du Mapaï. 
 
Après la création de l’Etat, Ha-Po'eel Ha-Tsa'air devint le porte-parole du parti au pouvoir. Son nouveau rédacteur en chef fut Israël Cohen, qui avait rejoint la rédaction dès 1934. Pendant cette période, le journal encouragea les jeunes futurs dirigeants du Parti Travailliste, à publier dans ses colonnes, ainsi que des jeunes écrivains et critiques qui y trouvèrent la possibilité de faire leur début . 
 
En 1968 parut un index des numéros 1 à 50 du journal (allant de 1907-1957), rédigé par Isa et G. Kressel.
 
Mots clés:
, Jérusalem
Commentaires pour ce journal (0)
Ajouter un commentaire
Publications disponibles sur le site:
416 Publications
8 375 Pages
Entre les années: 1907-1925

 

Ce matériel forme partie des collections des institutions suivantes:
La Bibliothèque nationale d’Israël

 

État de la copie: Bon
Le microfilm est en bon état. Il existe un léger problème de tâches d’encre provenant de l’impression du journal. Il y a parfois un léger problème de caractères déformés vers le bord des pages,