Habazeleth [Hébreu]

Tous les journaux

Langues

Sections

Pays de publication

Années de publication

Rechercher des journaux dans les années
Habazeleth [Hébreu]
Fréquence: mensuel (1863), bihebdomadaire (1870), hebdomadaire (1871-1911)
Langue: Hébreu
Période:
1870 - 1911
, 1863 - 1863
Lieu de publication: Jérusalem (Palestine ottomane)
Rédacteurs: Israël Bak (1863, 1870-1874); Israël Dov Froumkin (dans l'équipe de rédaction de 1870 à 1874, rédacteur en chef de 1874 à 1911); Eliezer Ben-Yehouda (1882 rédacteur temporaire); Yaakov Goldman (1885 rédacteur temporaire); Elia Huning (1891 rédacteur temporaire)

Journal hébraïque qui fut publié en 1863 (5623-5624), et de 1870 à 1911, à Jérusalem, pendant une période sous forme mensuelle, puis bimensuelle et même hebdomadaire. Plusieurs numéros furent imprimés en judéo-espagnol (pendant les deux premières années de la seconde période de publication) et en yiddish (six numéros, en supplément de la revue). Israël Dov Froumkin (1850-1911) en fut le rédacteur et le propriétaire pendant presque toute la période de sa parution.

L'histoire du journal les difficultés de la presse hébraïque en Palestine à sa naissance. Ainsi, par exemple, au cours de sa première année (1863) le propriétaire et le rédacteur du journal fut Israël Bak. La même année, 1863, la revue fut fermée, après cinq numéros, par les autorités turques (
Ha-Levanon fut également fermé à la même période, probablement tous deux suite à des dénonciations mutuelles). L'activité du journal ne reprit que plusieurs années plus tard. Se joignirent alors à la rédaction Michal Cohen et Israël Dov Froumkin, qui en devinrent les propriétaires au bout de quatre ans. Puis, en 1877, le journal fut de nouveau fermé pendant cinq mois par les autorités turques (parce qu'il avait affirmé que les Arabes continuaient de violenter les juifs à Hébron sous leurs yeux); en 1883 Havatselet fut de nouveau fermé, et Froumkin fut arrêté pendant quarante-cinq jours, pour avoir écrit un article contre le consul américain à Istanbul. Divers rédacteurs remplacèrent Froumkin lors de son voyage, et lorsqu'on ne lui trouvait pas de remplaçant, comme par exemple en 1905 la publication du journal fut suspendue pendant un temps. 
 
De nombreux Maskilim (adhérents au mouvement des Lumières juive) et lettrés de Jérusalem et de la Diaspora juive écrivirent dans ce journal. Jusqu'en 1882, il représentait en fait les habitants orthodoxes et Séfarades de Jérusalem, en concurrence avec Ha-Levanon, également publié à Jérusalem, qui était le journal des Prouchim (Anti-Hassidim) Ashkénazes. Havatselet soutenait alors le Mouvement juif des Lumières, la colonie juive de Palestine (et décrivait donc souvent les conditions de sécurité qui sévissaient dans le pays) et s'opposait à ce que celle-ci ne fonde son existence sur l'argent de la Halluka (donations). Une grande partie des articles du journal traitaient de la population juive de Palestine, en particulier à Jérusalem, et des activités de Moise Montefiore et de la Société pour l'implantation en Palestine. Le journal était à la tête de l'opposition à la Mission, et donnait également des informations sur les communautés juives des états voisins. Dans le domaine de l'éducation, il soutenait les Maskilim et appelait à des réformes. Tout au long de la plus grande partie des années soixante-dix du XIXe siècle, il fut le seul journal hébraïque de Jérusalem (mis à part Ha-Levanon qui été publié à Paris et représentait les Prouchim ashkénazes de la ville). 
 
Pendant une courte période, en 1882, lorsque Froumkin partit pour un rapide voyage en Russie, Eliezer Ben-Yehouda, qui rédigeait alors la revue, y inclut des articles sur la langue hébraïque, et prit le parti de soutenir les colonies agricoles de la première vague d'immigration juive nationaliste. Lorsque Froumkin reprit sa place de rédacteur, il se rapprocha des positions de l'ancienne communauté ashkénaze contre le sionisme, s'opposa au rythme accéléré de l'immigration vers Palestine, décrivit les difficultés des immigrants et critiqua les employés du Baron dans les colonies. Il prit le parti des intransigeants dans la polémique autour de la question de l'application stricte de l'année de Shmita (la mise en jachère de la terre pendant un an tous les sept ans) et adopta une position hostile envers Ben-Yehouda,son ancien adjoint à la rédaction du journal. Pendant ses dernières années, la revue adopta l'orientation typique des Orthodoxes de Jérusalem, et publia entre autre un article s'opposant à marquer le deuil de la mort de Herzl. 
 
Hashkafa fut une source permanente de renseignement sur l'actualité dans la colonie juive d'Eretz-Israël et on trouvait dans ses pages, outre de nombreuses informations, également beaucoup articles sur ce sujet, des rapports financiers, des annonces provenant de diverses institutions etc. Le journal avait aussi des pages littéraires avec la publication d’un roman-feuilleton, des récits, des récits de voyage et des histoires à suivre, nombreux d'entre eux traduits de la presse anglaise et germano-juive, sans toujours mentionner la source, et une partie dans un supplément à part appelé "Pirhei HaHavatselet" ("Les Fleurs de Lys"). 
Mots clés:
Jérusalem
Commentaires pour ce journal (0)
Ajouter un commentaire
Publications disponibles sur le site:
1,86 Publications
14,237 Pages
Entre les années: 1863, 1870-1911

 

Ce matériel forme partie des collections des institutions suivantes:

La Bibliothèque nationale d’Israël

 

État de la copie: Moyen
Les copies proviennent de microfiches dont l’état est moyen. Elle souffre de problèmes liés à la fois aux conditions de conservation des journaux et à l'impression d'origine