Ha-Zvi [Hébreu]

Tous les journaux

Langues

Sections

Pays de publication

Années de publication

Rechercher des journaux dans les années
Ha-Zvi [Hébreu]
Fréquence: Hebdomadaire, bihebdomadaire, quotidien
Langue: Hébreu
Période:
1884 - 1902
, 1908 - 1915
Lieu de publication: Jérusalem (Palestine ottomane)
Rédacteurs: Eliezer Ben-Yehuda (fondateur); Yehiel Michel Piness (1886-1887); Hemda Ben-Yehuda (1909); Itamar Ben-Avi (1910-1912)
'Ha-Zvi'/'Ha-Or' est l’un des journaux publiés dans la Palestine ottomane par Eliezer Ben-Yehuda, le plus important des rénovateurs de la langue hébraïque, faisant de l’hébreu une langue usuelle écrite et parlée, la langue de la nation juive moderne. Il semblerait que Ben-Yehuda ait souhaité dès le départ nommer son journal 'Ha-Or' (La Lumière) mais il n’a pas réussi à en obtenir l’autorisation des autorités turques. C’est pourquoi le journal a pris le nom de 'Ha-Zvi', traduction de la première partie du nom de famille du détenteur de l’autorisation, R. Itshak Hirschensohn (Hirsch=Zvi). Pendant un certain temps, 'Ha-Or' était un supplément au journal 'Ha-Zvi' jusqu’à ce qu’il devienne le nom officiel (et l’unique) du journal en 1910.
 
Le journal s’est rendu célèbre par sa lutte contre les milieux religieux orthodoxes (Le vieux Yishuv), par son soutien aux milieux modernes (le Nouveau Yishuv) y compris les nouvelles colonies juives et leurs administration de la part de baron de Rothschild. 'Ha-Zvi' a soutenu le mouvement 'Hiba Tsion' (les Amants de Sion) et plus tard Herzl. Il a dirigé les combats pour les reformes dans la communauté ashkénaze qui ont atteint leur paroxysme avec la polémique autour de l’année sabbatique (1889). Il s’est aussi opposé à la communauté séfarade car elle avait utilisé les services médicaux de la Mission chrétienne et employé un renégat comme secrétaire de la communauté. Ce conflit a conduit à la proclamation d’un anathème contre le journal (1886). De plus, l’intransigeance de Ben-Yehuda envers ceux qui gagnaient leur vie grâce aux donations destinées aux Juifs habitants à la Terre Sainte (Haluka), ainsi qu’envers l’ignorance, les superstitions et les immondices dans les rues de Jérusalem - a conduit au bout d’un certain temps à la dénonciation aux autorités et à l’emprisonnement de Ben-Yehuda ainsi qu'à la fermeture de son journal pendant 14 mois (1894). Une continuelle et amère dissension opposa Ben Yehouda et les écrivains de la seconde Allyah (1903-1904) ainsi que le cercle d’auteurs hébraïques d’Odessa qui critiquaient son style d’écriture à sensation et son hébreu plein de néologismes, s’éloignant de l’hébreu biblique qu’ils considéraient comme l’hébreu de référence.
 
Parmi ses idées moins controversées, on peut compter le rêve de Ben-Yehuda de créer à Jérusalem une grande école talmudique, faisant office de centre national spirituel pour le peuple d’Israël, une sorte d’académie de la langue hébraïque : « […] un lieu où la Torah d’Israël fleurirait dans toute sa splendeur et sa beauté, et où se développerait et s’élargirait de jour en jour la littérature d’Israël dans la langue d’Israël …». La modeste diffusion du journal (environ 300 lecteurs au sein du Yichouv en 1886) a contraint Ben-Yehuda à occuper un poste d’enseignant. En 1887 il s’est rendu en Russie et est parvenu après maints efforts à obtenir 300 autres abonnés. C’est finalement grâce à une allocation mensuelle de 200 Francs reçue du baron de Rothschild que Ben-Yehuda a pu abandonner son poste d’enseignant pour se consacrer entièrement à la parution du journal. Suite à la révolution des jeunes Turcs (1908) et le flot de nouvelles qu’elle suscita, Ben-Yehuda transforma 'Ha-Zvi', en quotidien (auparavant c’était un « quotidien qui sortait une fois par semaine ») à son apogée, il tirait à 1200 exemplaires (1909 ).
 
Dès 1887 ont commencé à paraître dans le journal des extraits du grand dictionnaire, préfaces aux chapitres du célèbre 'dictionnaire Ben-Yehuda' en réservant une place particulière à la langue et la littérature. En plus le journal a publié des traductions de littérature du monde entier (Shakespeare, Molière, Zola, Hugo, Jules Verne, Tolstoï et bien d’autres); on a aussi publié des poèmes, de la prose, des essais d’auteurs hébraïques (également de Russie) tels que M. Berdichevsky, Israël Zangwill, Yossef Klauzner, A.Z. Rabinovitz et bien d’autres. On a aussi publié des récits de voyages en Palestine, des articles sur l’histoire et la géographie du pays. Dès 1885 Ben-Yehuda a créé une rubrique spéciale destinée aux femmes 'Ezrat Nachim', première du genre dans la presse hébraïque et à partir de 1897, une rubrique destinée à l’agriculture et au travail de la terre sous le titre 'le paysan juif' qui, un an plus tard est devenu un hebdomadaire à part entière.
 
Mots clés:
Ben-Yehuda, Jérusalem
Commentaires pour ce journal (0)
Ajouter un commentaire
Publications disponibles sur le site:
1,887 Publications
7,67 Pages
Entre les années: 1884-1902, 1909-1915

 

Ce matériel forme partie des collections des institutions suivantes:
La Bibliothèque nationale d’Israël

 

État de la copie: Bon
Copie du microfilm en bon état. Certains problèmes sont dus pour la plupart à l'archivage et au traitement des copies papier: griffonnage, petites déchirures. On trouve aussi des traces d'encre provenant probablement de l'impression.