Ha-Yom (Saint-Pétersbourg) [Hébreu]

Tous les journaux

Langues

Sections

Pays de publication

Années de publication

Rechercher des journaux dans les années
Ha-Yom (Saint-Pétersbourg) [Hébreu]
Fréquence: Quotidien
Langue: Hébreu
Période:
1886 - 1888
Lieu de publication: Saint-Pétersbourg (Russie tsariste)
Rédacteurs: Yehuda Leib Katzenelson


Ha-Yom fut le premier journal quotidien publié en hébreu. Il fut fondé à Saint-Pétersbourg par le journaliste Yehuda Leib Kantor (1849-1915), secondé par David Frishman et Yehuda Leib Katzenelson (Bouki Ben-Yagli). Son premier numéro parut le 31 janvier (12 février) 1886 et le dernier le 29 février (12 mars) 1888. Dans l’éditorial du premier numéro, le rédacteur en chef présentait les deux principaux buts de son journal. Tout d’abord, en faire une scène pluraliste globale qui s’élève au-dessus des divisions internes de l’opinion publique juive de Russie, comme celle qui opposaient les premiers sionistes (Hovevei Zion) aux partisans de l’émigration en Amérique. Sa deuxième tendance consistait à sortir du champ des questions juives internes, à adopter des normes journalistiques européennes et à donner au lecteur juif une ouverture vers les évènements en Russie et dans le reste du monde. Kantor avait conscience de l’évolution importante à cette époque au sein du lectorat juif, tant dans ses dimensions que dans ses besoins, et chercha à lui apporter une réponse. Cependant, il exprimait des doutes et des craintes quant à la réussite de l’aventure audacieuse qu’il avait entreprit, face aux lourds défis qui se présentaient à lui: trouverait-il suffisamment de matière pour nourrir quotidiennement les numéros du journal? La langue hébraïque dans son état actuel pourra-t-elle servir d’outil informatif clair et souple nécessaire au récit journalistique moderne? Trouverait-il un lectorat permanent suffisant pour le journal, bien que tous ses lecteurs potentiels étaient habitués à lire la presse dans d’autres langues? 

Ha-Yom parut dans un grand format (44X28.5cm) avec des rubriques et des matières variées : un éditorial politique du rédacteur en chef, des nouvelles de la ville royale, des lettres d’écrivains et de critiques de divers endroits de Russie et de l’étranger, des informations sur le commerce et la bourse, des articles sur des sujets scientifiques et éducatifs, des critiques de nouveaux livres, des récits de voyage, des comptes-rendus d’expositions d’art, des nouvelles littéraires et des romans-feuilletons. David Frishman occupa presque à lui tout seul la rubrique des feuilletons avec ses récits Lettres fleurissantes et Lettres sur la littérature, qui constituèrent une sorte de formation continue de ses lecteurs dans le domaine de l’esthétique, et Y. L. Katzenelson fournit essentiellement des articles dans le domaine des sciences naturelles. Participèrent également au journal: Y. A. Triouch, Moche Leib Lilienblum, Eliezer Chapira (Yach), Chimon Berfeld, Zeev (Woolf) Chor et d’autres. Les nouvelles les plus importantes publiées furent Hakadish de Y. L. Peretz, et BeSeter Raam de Mendelei Moicher Sforim, qui marqua son retour à l’écriture hébraïque, ainsi que les nouvelles de David Frishman. 

Quelques mois après la création de Ha-Yom, deux hebdomadaires déjà anciens, liés au mouvement hébraïque des Lumières, Ha-Melitz et Ha-Zefira suivirent ses traces, et se transformèrent eux aussi en quotidiens. Dès lors, divers conflits et controverses éclatèrent entre les trois journaux. Bien que ceux-ci aient dégénéré plus d’une fois en échanges d’attaques personnelles et calomnieuses entre les rédacteurs, il existait à la base un désaccord de principe idéologique entre les journaux. Ha-Yom était accusé par ses concurrents, en particulier par Ha-Melitz, de faire preuve de neutralité et d’indifférence envers les affaires du peuple d’Israël, voire même de s’opposer ouvertement au mouvement Hibat-Zion et à l’implantation en Palestine. Derrière ces propos existait également une compétition commerciale entre les journaux, qui luttèrent pour le même lectorat jusqu’à ce qu’Ha-Melitz et Ha-Zefira prirent le dessus. Dans le cadre de ses efforts de survie, Kantor fonda à côté de Ha-Yom un mensuel littéraire du nom de Ben-Ami, qui était distribué aux lecteurs du journal et était consacré aux études juives et aux Belles Lettres. Ses quatre fascicules parurent entre janvier et mai 1887. Cette tentative échoua, et les déboires économiques de Ha-Yom amenèrent à sa fermeture, peu après le début de sa troisième année. Une place de pionnier lui est réservé dans l’histoire de la presse hébraïque, non seulement comme l’ainé des quotidiens en hébreu, mais aussi comme représentant la première tentative, relativement réussie, de se libérer des clichés de la Haskala et de créer une langue hébraïque informative pratique, concise et précise.

 

 

Mots clés:
Commentaires pour ce journal (0)
Ajouter un commentaire
Publications disponibles sur le site:
594 Publications
2 268 Pages
Entre les années: 1886-1888

 

Ce matériel forme partie des collections des institutions suivantes:

La Bibliothèque nationale d’Israël

 

État de la copie: Bon
Copie du microfilm en bon état. Il existe un léger problème de reflet du texte de l’envers de la feuille, et un problème de tâches d’encre, qui proviennent de l’impression du journal.